Animateur

 

Les animations de groupes

 

« Animer un groupe de personnes, ç’est mettre en mouvement l’anima/animus (âme) de chacun en relation avec les autres ! C’est l’animateur ! »

Serge Tracy

 

Animateur

 

L’animation de groupe devrait être une activité de détente permettant une distribution de « tapes sur les épaules » entre chacun des participants du groupe… Personnellement, j’anime en tentant de réaliser la plus grande économie de mots. Je me taisant le plus souvent possible pour laisser la parole aux participants. Mon objectif est de reconnaître les bons coups de l’entendeur de voix, afin de consolider son estime personnelle qui est tantôt nécessaire pour avoir une saine assurance face aux voix.

Voici un exemple pour illustrer mes propos :

Voilà qu’un entendeur de voix arrive au sein du groupe, alors qu’il ne reste qu’une vingtaine de minutes avant la fin de la rencontre. Ayant déjà fait un tour de table respectueux des portions de temps de paroles de chacun, j’invite, disons François, à nous dire un mot si cela lui plait ; chaque entendeur de voix étant tout-à-fait libre de s’exprimer ou non lors des entretiens. François nous rapporte qu’en venant ici aujourd’hui, il a accompli une très grande prouesse parce qu’il a combattu pendant près de quatre heures avec ses voix qui le menaçaient de mourir, s’il osait se présenter le nez à son groupe… Après un silence que je juge nécessaire, cette victoire doit être marquée, ancrée dans l’estime de François qui vient de défier ses voix, même si elles le menaçaient de mort.

Pour la suite, j’emboîte le pas, si ce n’est déjà fait par quelqu’un d’autres autour de la table, pour féliciter cet entendeur de voix pour avoir eu le courage de s’être présenté, malgré la sévère menace de ses voix. Puis, je lance la balle à Roger, en lui demandant ce qu’il pense du geste de François. Alors Roger pourra dire que lui aussi il le trouve courageux, en demandant à François de l’aider à faire la même chose avec ses voix… Puis, Julie s’exclame presqu’en criant qu’elle trouve que François est un guerrier d’avoir combattu les voix durant autant de temps, tandis que trois autres membres acquiescent en émettant des courtes affirmations d’encouragement en indiquant être d’accord avec Julie par des mouvements de tête significatifs…

Vous comprenez l’image qui suit :

« Les groupes d’entendeurs de voix devraient se comporter comme des usines à claques sur les épaules de tous les participants qui s’y présentent ! ».

En renforçant l’estime personnelle de François, il réduira bientôt les confrontations avec les voix en parvenant à retrancher une demi-heure, puis tantôt une heure. L’objectif est de procéder à une réparation de l’estime escamotée de l’entendeur de voix ; plus tard viendra l’assurance nécessaire pour établir un cadre et de créer des alliances avec des voix devenant plus positives.

En agissant de la sorte, il est fort probable que François partagera à Julie qu’il a toujours admirer sa combativité et qu’il a pris exemple sur elle qu’il perçoit comme une guerrière accomplie. Bref, François qui a vécu jusqu’à ce jour que de mépris et d’intimidation de la part de ses proches significatifs, reçoit directement une bonne dizaine de claques sur l’épaule et il repart chez lui confiant en savourant sa victoire, ainsi que son impact positif sur le groupe. Julie a pour sa part également reçu les tapes sur l’épaule des éloges de François, puis les tapes sur l’épaule provenant du support de trois autres membres du groupe. Bref, on se réparent entre nous à grands coups de reconnaissance de nos forces, face à la valeur des combats que chaque participant y compris les animateurs, conducteur d’un moteur animant des liens d’espoir, de conquêtes et de confiance, d’assurance, face un phénomène pourtant si humain !

Je vais terminer en me répétant sans doute, le groupe d’entendeurs de voix est un groupe d’entraide au sein duquel les animatrices/animateurs doivent constamment rediriger la balle dans le groupe. Certes que nous devons prodiguer des conseils, des stratégies d’adaptation et faire des jeux de rôles, etc., mais l’estime et l’affirmation passent avant les aspects plus théoriques des « quoi faire ? et des comment le faire ? ».

Où s’en va-t-on avec cette formule de renforcement de l’estime de soi qui consolident les assises sur lesquelles reposera le ciment nécessaire à l’assurance de soi ? Vers des gens qui reprennent pouvoir sur une gestion de leurs voix. Pour faire une image, si je n’encadre pas mes voix, ce sont-elles qui m’encadrent, mais trop souvent de façon persécutrice et envahissante. Tout entendeur devrait parvenir à intégrer de plus en plus d’assurance permettant d’affirmer ce qui suit :

- « Nous sommes plusieurs dans ma tête, mais c’est moi le chef ! ».

Voilà en résumer une conception personnelle de l’intention derrière l’anima/tion…

Serge Tracy, animateur

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire