Animateur

 

À l’automne 2015, j’ai commencé à co-animer deux groupes d’entendeurs de voix, dont un à Québec (www.lepavois.org), puis un sur à Lévis la rive-sud de Québec (www.auxquatrevents.ca). À l’hiver 2016, j’ai poursuivi mon implication de co-animateur au Pavois de Québec et je suis demeuré une personne-ressource aux Quatre Vents de Lévis, pour animer le groupe à des moments charnières.

 

Une des notions les plus importante du déroulement des rencontres de groupe est les Respect. Chaque entendeur de voix a droit au respect de ses valeurs, ses croyances, ses perceptions et interprétations à tout propos, surtout en matière d’audition de voix. Nous accueillons toutes les couleurs au sein du groupe. Il y a aussi le respect du rythme de l’entendeur de voix, car chacun a sa cadence.

 

Chaque entendeur de voix présente sa propre vérité. C’est cette façon particulière de percevoir le phénomène de l’audition de voix qui mérite notre respect, sans la valider, sans la conforter ou l’alimenter. Il suffit simplement de l’accueillir en reflétant à l’entendeur de voix qu’on comprend « sa » façon unique d’interpréter et de vivre l’audition de voix.

 

Avec l’approche alternative qui chapeaute nos rencontres de groupe, on accueille l’entendeur de voie dans sa vérité à lui, puis on l’accompagne en encourageant son évolution vers un équilibre plus grand, plus manifeste en lien avec sa façon de vivre les voix. Dans les groupes, on se rend compte que les participants n’osent pas parler de leurs voix, surtout au début, car ils ont peur de se faire ridiculiser, de passer pour fous ou qu’on augmente leur médication. D’ailleurs plusieurs entendeurs de voix ne disent pas qu’ils entendent des voix à leur médecin-psychiatre, ce qui est significatif et fort dommage.

 

Le groupe, ainsi qu’un suivi individuel avec un agent de rétablissement, sont nécessaire à la réparation d’une estime de soi escamotée. En fait, le groupe et l’agent de rétablissement visent à outiller l’entendeur de voix pour présenter une affirmation et une assurance suffisantes pour encadrer les voix, car si on n’encadre pas les voix, ce sont elles qui nous encadre. Puis, la valorisation de soi, l’estime, l’affirmation, l’assurance de soi, ça doit nécessairement passer par une reprise de pouvoir en se remettant en projet, en ayant des objectifs à atteindre, en se remettant à rêver. Pour certains, le rêve sera d’ouvrir ses rideaux une heure par jour, l’autre aura l’objectif de sortir de la maison une fois par semaine. Pour une autre personne, il s’agira de parvenir à écrire un bouquin ! À chacun son rythme, à chacun ses aspirations.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire