Conférencier

 

Mes activités de conférencier…

 

« Faisons en sorte que l’espoir ne soit pas qu’un message ! »

 

Témoignage & conférence

De psychologue à entendeur de voix

 

J’établie une différence entre un témoignage et une conférence. Dans un témoignage, je suis centré sur la présentation de mon vécu relativement au phénomène de l’audition de voix et autres phénomènes perceptifs inhabituels. Je me soucis moins des enjeux à caractère psychologique ce qui sera l’inverse pour une conférence.

 

 

Un témoignage…

 

Lorsque je partage un témoignage, mon objectif est de parvenir à incarner mon histoire personnelle en relatant des liens avec les voix que j’entends et que j’aperçois parfois. Ce qui est intéressant pour la personne qui participe à un de mes témoignage, c’est de m’entendre raconter un survol de ma vie avec ce qu’a impliqué l’arrivée des voix dans mon existence, par exemple. Cette participante ne s’attend pas à ce que j’émette des hypothèses et des théories, comme si je donnais un cours à des étudiants. Le témoignage signifie pour moi une activité à l’intérieure de laquelle je suis à la fois le narrateur et le sujet, de sorte que je puisse me raconter avec une variété de couleurs à travers mon histoire qu’on survol de mon enfance jusqu’à présent, « ici et maintenant ».

D’autre part, la formule de mon témoignage correspond au maximum à environ une heure. Je n’ai pas le temps d’aborder sérieusement les enjeux psychologiques (psychosexuel, psycho-développemental, psycho-cognitif, psychoaffectifs, psychosocial, etc.). Je préfère mettre l’accent sur ma démarche d’être humain, plutôt que de tenter d’expliciter mon vécu dans des théorisations qui feraient décrocher un auditoire qui n’est pas venu pour cela…

Finalement, le témoignage est une « narration habitée par son sujet » qui raconte une histoire ayant un début, en développement et une fin. Mon début, c’est moi-même avec un vécu sans les voix. Mon développement c’est mon contact avec les voix, les liens que nous avons tissés, puis ensuite les états de grâce, bientôt suivis des envahissements parfois persécutant, d’autres fois terrorisant, mais à coup sûre, culpabilisant ; les voix éveillant de mains de maître nos remords, nos regrets, la honte, l’angoisse, et tout cela sous le poids du sentiment d’être coupable de meurtres que nous n’avons pas commis… Ma fin correspond à des démarches vers un rétablissement que je dis partiel, ce qui correspond aux conclusions logiques de mon témoignage.

J’ai appris à mieux m’harmoniser avec des voix qui se manifestent quotidiennement… En cela, mon rétablissement n’est toujours pas complété, mais ma qualité de vie est augmentée de plusieurs marches d’escalier grâce à l’ensemble de mon cheminement, dont ma démarche avec mon groupe d’entendeurs de voix, mes psychothérapies, puis mon implication personnelle, etc.

 

 

Une conférence…

 

Pour donner l’heure juste, je donne davantage une conférence/témoignage qu’une conférence tout court. En effet, la conférence que je présente s’élabore autour de mon témoignage. Ayant entre une heure et demi à deux heures pour sa présentation, cette conférence inclus mon témoignage qui peut être même plus approfondi.

Dans une conférence/témoignage, j’interpelle l’auditoire de façon plus profonde afin de conduire les gens à plusieurs réflexions sur les différents aspects psychologiques gravitant autour de ma façon de percevoir, d’interpréter et de vivre avec des voix. Aussi, je questionne des réalités d’entendeurs de voix comme le fait que chacun d’entre eux est unique, c’est-à-dire que j’amène l’auditoire à devoir questionner qui sont ces voix, par exemple.

Je présenterai par exemple une panoplie d’explications possibles selon le caractère unique de chaque entendeur de voix. Serait-ce simplement, mais de façon fort complexe, un débalancement neurochimique ? Des parties de soi qui sont projetées pour tantôt revenir sous forme de voix ? Des énergies plus ou moins définies provenant d’un monde parallèle ? Des entités, des personnes trépassées ? Des entités aux prises avec les énergies du bas astral ? Des guides, des anges, un aspect divin, etc. ? Des forces machiavéliques ou des démons de l’enfer ? Des êtres extraterrestres procédant à des études scientifiques sur des humains ? Une conspiration des voisins, du voisinage, de la police, de la Gendarmerie Royal du Canada (GRC), du Central Intelligent Agency (CIA), des gouvernements secrets, du Majestic Twelve (MJ-12 ; une instance apparemment semblable aux hommes en noir) ? Des filatures pour des enjeux politiques mondiaux ? Des effets de la théorie du complot ? Ou toute autre explication plausible ou moins crédible…

Il s’agit là d’un exemple, alors vous pouvez comprendre que j’explore la même histoire que lors d’un témoignage, mais en y ajoutant différents angles de perceptions impliquant des tentatives hypothétiques et exploratoires de façons de concevoir le phénomène de l’audition de voix. Ainsi, une fois les théories soulevées, les participants en viennent à formuler leurs propres explications à partir de leurs réflexions au sujet des enjeux que je questionne. Mais j’imagine que certaines personnes continuent de réfléchir sans s’empresser de tirer une conclusion.

Cette conférence/témoignage a tout-de-même ses limites, car si on ajoute une heure à la rencontre, je serai en train de donner une formation (de trois à sept heures). Ma formation contient une conférence/témoignage ajoutée de plusieurs recommandations relatives à l’intervention au niveau du suivi individuel ou de groupe, puis en situations de crise.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire